L’homme qui répare les femmes

Extrait
Note : 40
( 1 vote )
Gynécologue congolais, le Docteur Denis Mukwege, surnommé « l’homme qui répare les femmes » à cause de son combat acharné pour les femmes de son pays, a reçu en 2004 le prix Sakharov du Parlement européen, et a été nommé plusieurs fois pour le prix Nobel de la paix. Pas étonnant, compte tenu de son travail et de sa stature, qu’un journaliste l’ait présenté comme un nouveau Martin Luther King.
L’homme qui répare les femmes
Troisième d’une fratrie de neuf enfants, Denis Mukwege est né en 1955 à Bukavu, dans la province du Sud-Kivu, au Congo belge.

Une vocation précoce

Un jour, alors qu’il se rend avec son père pasteur auprès d’un enfant malade, il s’étonne qu’il se soit contenté de prier pour l’enfant sans lui donner de médicament. Son père lui répond : « Je ne suis pas médecin. »
Cette phrase résonne en lui comme un appel. C’est décidé, Denis fera des études de médecine. Il a alors huit ans.
Il entreprend tout d’abord des études pour devenir pédiatre. Alors qu’il travaille dans un hôpital de brousse, il découvre la dure réalité des conditions de vie des femmes de la région : elles sont mariées jeunes, effectuent des tâches pénibles et subissent des grossesses à répétition. À la suite de cette expérience, il remet en question son choix initial et vient en France pour se spécialiser en gynécologie.

Des choix difficiles

Une fois ses études terminées, il est tenté de rester en Europe. Mais le souvenir des femmes de son pays le hante : il comprend que c’est en Afrique qu’il sera le plus utile. Avec son épouse, il décide de rentrer au pays avec leurs trois enfants. Il pense améliorer les conditions de vie des femmes en pratiquant des accouchements et des césariennes.
Mais le docteur est effaré par ce qu’il découvre sur place : il doit traiter des femmes qui n’ont pas seulement...

Vous aimerez aussi

Rencontre avec Samuel Korgo interviewé par Georges Mary. Votre centre soutient...
Prenons le problème à l’envers. Quand on est en bonne santé, trouvons-nous...
Une famille déchirée, une maman qui tente de se suicider… autant de raisons...
Revenir à Dieu après lui avoir désobéi a coûté 25 années de souffrances...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...