12 juin 1915. David Rockefeller et la philanthropie

12 juin 1915. David Rockefeller et la philanthropie

La  maison de ventes Christie’s a dispersé une collection exceptionnelle entre les 8 et 10 Mai 2018. Voici une vente aux enchères tout à fait particulière, puisque les œuvres d’art d’un des plus grands collectionneurs de son temps ont été vendues dans le but de redistribuer l’intégralité du montant de la vente à des œuvres caritatives. Une démarche résolument altruiste, pour l’un des hommes à la fois les plus fortunés et les plus philanthropes de son temps.

Et le personnage n’est pas n’importe qui, puisqu’il s’agit de David Rockefeller (1915-2017). Né le 12 juin 1915, il est décédé le 20 mars 2017. Ce banquier d’affaires fut en effet l’une des plus grandes fortunes mondiales, mais aussi un collectionneur d’art averti et passionné. Selon ses vœux avant sa disparition, toutes les recettes successorales de la vente bénéficieront à des organismes de bienfaisance sélectionnés par lui-même et sa femme Peggy au cours de leur vie. L’ensemble des œuvres d’art vendues aux enchères d'une qualité indiscutable (trois Picasso, cinq Monet, deux Matisse, trois Vuillard, deux Gauguin, deux Seurat et trois Bonnard) a réalisé plus de 850 millions de dollars, ce qui en fait la vente du siècle.

La vente a commencé par une...  pomme (une nature morte aquarellée de Picasso) qui a été cette fois à l'origine d'une grande et belle histoire...

Mais si on la considère comme la vente du siècle, c’est avant tout grâce aux dernières volontés de David Rockefeller: redistribuer sa fortune par le bais de la bienfaisance. Car cet homme philanthrope avait une conception unique de la notion de possession : David Rockefeller ne se sentait pas propriétaire de ces œuvres, mais simplement leur gardien avant de les transmettre à d’autres générations appelées à veiller sur elles : « Tous ces objets qui nous ont apporté tant de plaisir sortiront dans le monde et seront à nouveau disponibles pour d’autres gardiens qui, nous l’espérons, en tireront la même satisfaction et la même joie ». 
David Rockefeller défendait ardemment un capitalisme « éclairé », appelant les entreprises à davantage de responsabilité sociale, et exhortant les grandes fortunes à payer leurs impôts.

La vocation philanthropique de cette famille d'origine allemande et de confession protestante ne date pas d'hier. Par ses magnifiques libéralités le fondateur de la branche américaine John Davison Rockefeller (1839-1937) et bâtisseur  de son immense fortune a ainsi contribué à restaurer le château de Versailles, le château de Fontainebleau et... la cathédrale de Reims.

 

Chargement en cours ...