3 mai 1692. Gardien Givry

3 mai 1692. Gardien Givry
Né à Vervins en 1647, le pasteur Gardien Guivry, était pasteur à Sedan en 1669. Après un moment d‘égarement en 1678 (une affaire de mœurs avec une servante) il se releva de sa chute! Après des études de médecine à Montpellier ; il est rétabli dans le ministère pastoral par le synode de Lausanne en 1684 à condition qu'il irait prêcher sous la Croix.
Il retourne à Montpellier et ce n'est que 5 à 6 mois après la Révocation qu'il s'embarque de Bordeaux pour Plymouth où il demeure durant 5 ans. Il revient alors en France, annoncer l‘Évangile au péril de sa vie.
De 1691 à 1692, Gardien Givry sera un des plus actifs et courageux pasteurs du désert. Il va encourager par sa prédication les protestants clandestins, de Thièrarche et du Vermandois.
Partant de Landouzy, il prêche à St-Quentin et dans la vallée de la Boite aux cailloux, à Hesbécourt près d’Hargicourt.
La Boîte à cailloux était à l’écart des chemins. Antique carrière de pierres d’où elle tire son nom, elle forme une petite excavation dans un repli de terrain et passe presque inaperçue. La Réforme est attestée en ces lieux dès la fin du XVIe siècle. Il est vrai que la région est sur la route des Pays-Bas par où transitent biens, personnes et idées. Hélas cette région est aussi trop proche de la frontière. Les cultes sont interdits même avant 1685. La révocation est marquée par beaucoup de départs vers les Pays-Bas. Ceux qui restent pratiquent un catholicisme de façade et servent de guide pour faire passer la frontière aux coreligionnaires qui fuient la persécution.
En octobre 1691, la Boîte à cailloux va entrer dans l’histoire : le pasteur Gardien Givry, y prêcha une première fois. Un deuxième culte à proximité y réunit 500 personnes… La prédication dure de 9 heures du soir à minuit à la lueur des torches !
Le succès de ces cultes et des abjurations du catholicisme par certains a été à l’origine d’une forte répression…
La Boîte à cailloux sera alors fréquentée par des assemblées clandestines. Claude Brousson viendra en ce pays en 1695. Pour la suite, une communauté de huguenots a traversé le XVIIIe siècle dans cette région de manière clandestine.

Il visite ensuite la plupart des églises de Picardie : Laon, Chauny, Varennes, Noyon…et dans le sud de l‘Aisne.
Il est arrêté le 3 mai 1692 puis enfermé pendant deux ans dans le donjon du château de Vincennes. On le transféra à la prison de l‘Ile Ste Marguerite, où était enfermé l‘homme au masque de fer. Il ne devait jamais en sortir.

Image (3 mai 1692. Gardien Givry)

Croix huguenote au Fort de Ste Marguerite

Prière de Gardien Givry
Mon Dieu, me voici prêt à faire ta volonté :
j'irai partout où tu m'appelleras,
je consolerai tes enfants affligés
autant que tu me donneras de vie,
de force et de liberté. Je demande
ton secours et la conduite de ta
bonne et sage Providence, afin que
je puisse réussir dans mon dessein
et exécuter ma résolution à la gloire
de ton nom et à l'édification de ton Eglise.
Et quoi qu'il me puisse arriver, fais
que je te glorifie partout, dans la liberté
ou dans la prison, au milieu de ton peuple
ou devant tes ennemis, dans la vie
ou dans la mort.

En hommage, citons quelques vers prémonitoires du poète et pasteur Laurent Drelincourt :


Portes, grilles, verrous, gardes, captivité ;
Ténèbres, solitude, efroy, chagrin, soufrance ;
Puisque j'ai, dans les fers, un coeur en liberté,
En vain vous vous joignez, pour vaincre ma constance.
(Laurent Drelincourt, Sonnets, 1677)

Chargement en cours ...