5 octobre 1609. Paul Fleming

5 octobre 1609. Paul Fleming

  Image (5 octobre 1609. Paul Fleming  )
Poète allemand de l’école d’Opitz, Paul Fleming est né à Hartenstein (en Saxe) le 5 octobre 1609. Il apprit la médecine puis conquit ses grades de professeur de philosophie. Homme énergique et fébrile, amoureux de l’aventure, il partit en expédition à Moscou et à Ispahan (en Perse), avant de revenir à Hambourg où il mourut le 2 avril 1640, à l’âge de 31 ans.

Laß dich nur nichts nicht tauren 

 Laß dich nur nichts nicht tauren
     Mit Trauren;
     Sei stille,
     Wie Gott es fügt,
     So sei vergnügt,
          Mein Wille.
 Ne vous laissez pas déprimer
Par la tristesse;
Restez calme,
Comme c’est Dieu qui dispose,
Alors, trouvez le contentement,
Ma volonté.

Was willst du heute sorgen
     Auf morgen?
     Der Eine
     Steht allem für;
     Der gibt auch dir
          Das Deine.
Pourquoi s’en préoccuper aujourd'hui
Et demain?
Il est
Celui qui contrôle tout;
Il vous donnera aussi
Votre part.

Sei nur in allem Handel
     Ohn Wandel,
     Steh feste;
     Was Gott beschleußt,
     Das ist und heißt
          Das Beste.
 Dans tout ce que vous entreprenez,
Soyez constant
Tenez ferme.
Ce que Dieu ordonne
Et est connu pour être
Le meilleur.

In allen meinen Taten (BWV 97)

In allen meinen Taten
laß ich den Höchsten raten,
der alles kann und hat;
er muß zu allen Dingen,
soll's anders wohl gelingen,
mir selber geben Rat und Tat.
Dans tous mes actes
Je me laisse guider par le Très-Haut,
Qui sait tout et possède tout;
En toutes choses,
Sinon elles tourneraient autrement,
Lui seul doit nous fournir conseil et aide.

Nichts ist es spät und frühe
um alle meine Mühe,
mein Sorgen ist umsonst;
er mag's mit meinen Sachen
nach seinem Willen machen,
ich stell's in seine Vatergunst.
Il n'est jamais trop tard ou trop tôt
Pour tous mes efforts,
Mes soucis sont inutiles.
Il gouverne mes affaires
Selon sa volonté,
Je bénéficie de sa faveur.

Es kann mir nichts geschehen,
als was er hat ersehen
und was mir selig ist.
Ich nehm es, wie er's gibet;
was ihm von mir beliebet,
dasselbe hab auch ich erkiest.
Il ne peut rien m'arriver d'autre
Que ce qu'il a prévu
Et qui fait ma félicité:
Je prends tout comme il le donne;
Ce qu'il daigne me destiner,
C'est aussi ce que j'ai choisi.

Ich traue seiner Gnaden,
die mich vor allem Schaden,
vor allem Übel schützt;
leb ich nach seinen Sätzen,
so wird mich nichts verletzen,
nichts fehlen, was mir ewig nützt.
Je me fie à sa grâce,
Qui me protège de tout dommage,
De tout mal.
Si je vis selon ses lois,
Rien ne pourra me blesser,
Rien ne me manquera de ce dont j'ai besoin.

Er wolle meiner Sünden
in Gnaden mich entbinden,
durchstreichen meine Schuld;
er wird auf solch Verbrechen
nicht stracks das Urteil sprechen
und haben noch mit mir Geduld.
Qu'il veuille dans sa grâce
Me décharger de mes péchés,
Effacer ma faute!
Il ne rendra pas sur-le-champ
Le verdict pour mon crime
Et se montrera encore patient.

Ihm hab ich mich ergeben
zu sterben und zu leben,
sobald er mir gebeut;
es sei heut oder morgen,
dafür laß ich ihn sorgen,
er weiß allein die rechte Zeit.
A lui je me suis livré
Pour la mort et pour la vie,
En toute soumission.
Que ce soit aujourd'hui ou demain,
Je lui en laisse le soin;
Il connaît l'heure opportune.

So sei nun, Seele, deine
und traue dem alleine,
der dich geschaffen hat.
Es gehe, wie es gehe,
dein Vater in der Höhe,
der weiß zu allen Sachen Rat.
Que mon âme donc t'appartienne
Et s'en remette à celui, et à lui seul,
Qui l'a créée;
Advienne que pourra,
Ton père, au plus haut des cieux,
Sait prodiguer conseil en toute occasion.

 

VOIR AUSSI  :5 octobre 1989

Chargement en cours ...