6 juillet 1924. Eric Liddell: "Le Seigneur m'a guidé"

6 avril 1923, Eric Liddell (1902-1945), l’athlète olympique personnage principal du film Les Chariots de feu (1981), fait ses débuts dans l’évangélisation en rendant témoignage à un groupe d’hommes à Armadale en Écosse.
Il retournera bientôt, en tant que missionnaire, en Chine où il est né. Il mourra d’une tumeur au cerveau dans un camp d’internement japonais.

Prédicateur
Dans le petit Hôtel de ville d’Armadale, en Écosse, Eric Liddell. Quatre-vingts personnes sont venues pour entendre le célèbre coureur de l'Écosse donner son témoignage.
 « Timidement, il a fait un pas en avant et pendant quelques secondes a examiné l’assistance, puis il a commencé ».
"Il n'y avait aucun poing cognant sur la table, aucune gesticulation, ou doigt pointé pour vous soumettre à une contrainte, aucune voix élevée pour vous impressionner. En fait, ce n'était pas un discours du tout. Avec des mots clairs et lentement, Eric pour la première fois de sa vie a indiqué au monde ce Dieu lui avait fait vivre.
"Il a parlé de la force qu'il a ressentie dans la difficulté, de l’assurance de l'amour de Dieu et de son appui. Il a simplement cru en lui et a accepté ce qui est arrivé."
Le matin suivant, le discours de Liddell est imprimé dans tous les journaux écossais. Dieu avait disposé Liddell à l'honorer, et son témoignage nous touche et nous éclaire encore aujourd'hui.

« Le Seigneur m’a guidé »
Aux Jeux Olympiques de 1924, le sprinteur écossais est devenu champion olympique sur une distance qu'il maîtrisait peu, le 400 m. Six mois avant la compétition, Eric Liddell apprend que la finale du 100 m, sa distance préférée, aura lieu un dimanche. Par conviction religieuse, ce fils de missionnaires refuse de courir le jour du Seigneur (il passera le 6 juillet 1924 , jour de la finale à l'église écossaise de Paris (17 rue Bayard : Eglise écossaise (The Scots Kirk)).
Eric Liddell, ancien international de rugby par ailleurs, s'entraîne alors pour s'aligner sur 200 et 400 m. Dans le 200 mètres, "l'Ecossais volant" termine tout de même troisième (médaille de bronze), le 9 juillet 1924.

Mais le véritable exploit, Liddell l'accomplit sur 400 m. Sa façon de courir n’a rien d’académique. Genoux poussés vers le haut jusqu’au menton, bras et jambes qui volent dans toutes les directions, la tête en arrière,  courant à l’aveuglette… A ce point qu’on lui a un jour demandé comment il savait où se trouvait la ligne d'arrivée. Il a répondu avec son accent écossais, "le Seigneur m’a guidé."

Image (6 juillet 1924. Eric Liddell:

"La reddition complète"
L'année suivante, Liddell est revenu en  Chine, où il était né de parents de missionnaire, en tant qu'un professeur et missionnaire. En 1932, il était ordonné pasteur et se marie en 1933.
Il  voyage souvent en bicyclette, bravant aussi bien les Seigneurs de guerre chinois que les Japonais dans leur conquête de la Chine.

Sa décision de s’occuper des communautés isolées, le forçant à laisser son épouse et ses enfants à l’arrière, était le résultat de la prière insistante. " Reddition complète" décrivait son attitude spirituelle.
En mars de 1943, Liddell, est interné dans un camp japonais. Les prisonniers décident de s’organiser. Eric enseigne les maths et le sport aux enfants. Il sort chaque matin pour étudier sa Bible et est très apprécié dans le  camp.
Mais sa santé se détériore rapidement. Une tumeur de cerveau ravage son corps avec des maux de tête graves. Peu de temps après son quarante-troisième anniversaire le 21 février 1945, Liddell s'effondre. Ses derniers mots, prononcés  à une infirmière du camp, sont, "C’est la reddition complète."

Chargement en cours ...