8 novembre 1845. Austen Henry Layard

Image (8 novembre 1845. Austen Henry Layard)
Dans le milieu du XIXe siècle, les archéologues ont mis au jour les anciennes civilisations du Moyen-Orient qui depuis  longtemps gisaient ensevelis. Ces explorateurs de ces régions où se trouvaient des églises chrétiennes d’Orient, familiers avec les récits de la Bible, aspiraient à découvrir d'autres faits sur le passé. Parmi eux se trouvait un jeune Anglais nommé Austen Henry Layard (1817-1894).

Austen était un homme inquiet. Mais bien qu'il se soit ennuyé à l'école, il était loin d'être ignorant. Enthousiasmé par les Contes des Mille et Une Nuits, il désirait voyager dans les pays arabes. Pour se préparer, il enseigna lui-même toutes sortes de choses qu'il pensait pourraient l'aider à réaliser son rêve. Enfin, à vingt-deux ans, avec presque pas d'argent en poche, il secoua la poussière de son bureau et se dirigea vers l'orient. Après avoir visité la Palestine et la Syrie, il s'aventura à traverser l'Euphrate. Son imagination s’est enfllammée à la vie des monticules marquant les anciennes villes. Son enthousiasme amena un ambassadeur britannique à le financer. En 1845 il est à Mossoul (au nord de l'Irak actuel). La zone était sous control turc, dirigée par un gouverneur (Pacha) particulièrement tordu.

En ce jour, le 8 Novembre 1845, Austen Henry Layard se dirigea vers le sud près du Tigre. Pour détourner les soupçons, il prétendait chasser les sangliers. Au lieu de cela, il s’arrête près du Tell Nimrud,  embauche des  ouvriers, et commence à creuser. Après avoir creusé une longue tranchée sans rien trouver, il se retrouve sans un sou et doit songer à déguerpir. Et c’est alors qu’il est tombe sur deux découvertes majeures.

À la stupéfaction des Arabes, il découvre le palais d’Assurbanipal,  avec les lions à tête d’homme et de nombreux trésors archéologiques du même ordre. Il pensait à tort qavoir découvert  les restes de Ninive, mais le site a finalement été identifié comme Calah. Une de ses premières trouvailles fut  déchiffrée comme se référant à un tribut apporté à l'Assyrie par un roi d'Israël.

Les découvertes de Layard confirmaient les récits bibliques. Les palais de plusieurs despotes mentionnés dans la Bible, y compris celui de Sennachérib, un récit du siège brutal de la ville Lakis, une ville d'Israël. Une inscription qui parle de Jéhu de la dynastie d’Omri.

Layard a également découvert les ruines de l'ancienne Sumer, une civilisation encore plus ancienne que Babylone.

Après sept années de fouilles, Layard fit un retour triomphal en Angleterre. Entré au Parlement , il occupa des postes importants au sein du gouvernement.

Chargement en cours ...