Rapport sur la situation des femmes pasteures au sein de la Fédération Baptiste Allemande

Complet
Note : 40
( 1 vote )
Rapport sur la situation des femmes pasteures au sein de la Fédération Baptiste Allemande
Depuis près de 25 ans que la Faculté baptiste de l'ancienne République Fédérale à Hambourg s'est ouverte également aux femmes (dans l'ancienne RDA c'était déjà possible bien avant), les choses se sont largement normalisées. Il y a de plus en plus d'Églises qui font volontiers appel à une femme pasteure et qui le souhaitent expressément. Par ailleurs, il existe d'autres Églises qui ne peuvent imaginer le ministère à plein temps d'une femme et qui trouvent même difficile d'inviter ponctuellement une pasteure pour la prédication. Les négociations dans le cas d'un premier poste ou d'un énième poste se déroulent tantôt simplement, tantôt difficilement, de la même manière que pour les collègues masculins.
Actuellement, nous avons 12 femmes qui font leurs études à la Faculté de Théologie d'Elstal (près de Berlin), auxquelles il faut ajouter un certain nombre d'étudiantes en Théologie dans les Universités, dont quelques-unes souhaitent passer un an à Elstal en vue de valider leur candidature à notre Fédération Églises. Il y a donc maintenant 33 pasteures au sein de notre Fédération, dans une grande variété de ministères. Des célibataires comme des mariées, dont certaines à un collègue pasteur. Plusieurs ont un enfant ou plus, d'autres vivent sans enfant. Depuis assez longtemps on a l'expérience de vacances en famille et de travail à temps partiel, pour les couples où tous les deux sont pasteurs, on connaît aussi le « job sharing » (partage du travail). La plupart des pasteures sont au service de l'Église locale ; quelques-unes également dans des œuvres locales ou régionales.
Lors de nos rencontres annuelles, nos pastorales féminines, nous nous sentons encore souvent comme des pionnières même si, entre-temps, bien des choses sont devenues « normales ». Comme, jusqu'à maintenant, bien des choses n'existaient pas, il nous faut, chaque fois, trouver des voies nouvelles dans les négociations avec nos futurs employeurs. Par exemple, il y a encore une vingtaine d'années, il était impensable que des pasteurs puissent remplir leur tâche à temps partiel. Un demi-pasteur n'était pas un pasteur du tout ! Mais dans la société en pleine mutation (les petites Églises ne peuvent plus payer un pasteur à plein temps), on pense de plus en plus à une embauche à temps partiel. Nous les femmes, nous avons dû emprunter ces voies nouvelles depuis longtemps, puisque nous voulions maintenir en harmonie la vocation, le métier et la famille.
Notre expérience du ministère au cours des années passées est largement encourageante. Nous nous réjouissons, tout particulièrement, de constater de façon de plus en plus frappante, combien nos ministères sont confirmés par Dieu et par les hommes.

Carmen ROSSOL
Carmen Rossol représente les pasteures au Conseil d'accompagnement (Vertrauensrat) du corps pastoral.

Données statistiques (Fédération Baptiste allemande) :
- en 1999 : 863 Églises baptistes ; 87.000 membres.
- Au total, la Fédération Baptiste allemande possède 441 pasteurs en exercice (dont 33 femmes), plus 62 stagiaires hommes et femmes (1re année de ministère) et 211 pasteurs à la retraite. Environ 150 Églises n'ont pas de pasteur. Il est très fréquent que des Églises définissent le profil de leur futur pasteur en s'adressant à la Commission des Ministères de cette manière : avoir plusieurs décennies d'expérience et seulement 30 ou 40 ans.

Informations recueillies et traduites par André SOUCHON

Vous aimerez aussi

Pour nourrir notre réflexion commune sur les ministères féminins, notre...
Premier aperçu d’une enquête effectuée auprès des pasteurs femmes dans...
La théologie chrétienne affirme clairement la commune dignité de l’homme...
1) La pluralité des ministères Les Principes Ecclésiastiques de notre...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...