Après les canons, les traumatismes

Complet
Note : 40
( 1 vote )
La guerre est un terrible révélateur de la noirceur qui peut résider dans le cœur humain.
Après les canons, les traumatismes

Frantz

En 1919, dans une petite ville allemande, Anna se rend tous les jours sur la tombe de Frantz, son fiancé, tombé sur le front en France. Un jour, elle y trouve des roses et elle apprend que c'est un jeune Français qui les y a déposées. Ce jeune Français, Adrien, se rend au domicile des Hoffmeister, les parents de Frantz chez qui vit Anna, qu'ils considèrent comme leur propre fille. Mais il est immédiatement chassé par le père, qui ne veut rien entendre d'un français qui aurait pu tuer son propre fils. Grâce à Anna, Adrien va pouvoir revenir chez les Hoffmeister. Il leur explique être un ami de leur fils, depuis avant la guerre...

Un mélo lumineux

L'image est très belle, le choix du noir et blanc confère au film un ton nostalgique qui convient parfaitement au propos. D'une maîtrise formelle remarquable et d'une belle intensité, c'est du beau et grand cinéma ! Dans le contexte de l'immédiat après-guerre, les plaies sont encore béantes et la haine de l'ennemi encore vivace. Alors, comment survivre à la guerre, quand on est un soldat rescapé, ou quand on a perdu un fils ou un fiancé ? Peut-on surmonter la culpabilité d'avoir tué ou d'avoir envoyé ses fils se faire tuer ? Comment même le pardon peut-il se frayer un chemin ?

Au revoir là-haut

Albert Maillard et Édouard Péricourt sont deux rescapés de la guerre de 14-18. Albert doit la vie à Édouard qui l'a sauvé, mais en étant lui-même défiguré par un obus. Après la guerre, Albert prend soin d'Édouard qu'il fait passer pour mort, ce dernier ne voulant en aucun cas revoir son père qu'il hait. Ils vivent tant bien que mal jusqu'à ce qu'ils montent une arnaque aux monuments aux morts, profitant de la vague patriotique de l'après-guerre.

Un film généreux

Adapté du roman du même nom de Pierre Lemaitre (prix Goncourt 2013), Au revoir là-haut est un très beau film dominé par la tristesse, même s'il est parcouru de traits d'humour et d'élans de tendresse. Magnifiquement interprété, c'est un grand film populaire, dans le bon sens du terme, qui montre que l'armistice ne signe pas la fin de la guerre... Non seulement pour ceux qui l'ont faite et qui restent à jamais marqués par leurs traumatismes, mais aussi parce que la société en temps de paix est souvent un champ de bataille cruel pour les faibles et les petits. Mais les traumatismes les plus profonds et destructeurs sont souvent intimes et relationnels...
Frantz, un film français de François Ozon, sorti en France le 7 septembre 2016.
Au revoir là-haut, un film français d'Albert Dupontel, sorti le 25 octobre 2017.



Vous aimerez aussi

À propos de Narnia 3, L'Odyssée du Passeur d'Aurore* Dans certaines...
Reconnaître Jésus au-delà du bruit et des images «Et vous, qui dites-vous...
Une saga qui n’est pas sans rappeler le message biblique. Même si… Je ne...
Que faire quand différentes exigences, toutes légitimes, sont inconciliables ?...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...