Pardon et réconciliation au cinéma

Complet
Note : 40
( 1 vote )
La réalité humaine est complexe. En témoignent ces trois films qui ne disent pas tous la même chose.
Pardon et réconciliation au cinéma

Secret Sunshine

Ce film dérange. Une jeune femme, Shin-ae, vient s’installer avec son petit garçon dans une petite ville de Miryang à la suite du décès de son mari. Elle semble reprendre goût à la vie, quand un drame la frappe à nouveau : son petit garçon est assassiné par une de ses connaissances. Folle de douleur, elle va trouver la foi et le réconfort en Jésus-Christ.
Un jour, elle décide d’aller voir le meurtrier de son fils en prison pour l’évangéliser et lui annoncer qu’elle lui pardonne. Surprise ! Lui aussi déclare qu’il s’est « converti » en détention. Mais il le dit sans émotion. Au lieu d’éclater en pleurs et de lui demander pardon pour son crime, il lui annonce froidement que maintenant tout va bien et qu’ils sont frère et sœur en Christ. Shin-ae sort bouleversée de cet entretien. Comment pardonner quelqu’un qui se dit déjà pardonné ? Elle abandonne la foi et retrouve le désespoir et la folie.
Le film ne donne aucun message. Le réalisateur semble mépriser la foi, le pardon et le christianisme. Mais il n’a rien d’autre à proposer. Que se serait-il passé si le criminel avait manifesté une vraie repentance et demandé un vrai pardon ? Cela existe dans la vraie vie, et cela produit des miracles.
Christian Seytre
Secret Sunshine est un film sud-coréen réalisé par Lee Chang-Dong sorti en 2007.

Une histoire vraie

Le film raconte l'histoire vraie d'Alvin Straight, âgé de 73 ans. Fâché avec son frère, ils ne se sont plus parlé depuis 10 ans ! Mais quand il apprend par un coup de fil que son frère a eu une attaque, il réalise qu'il est nécessaire d'aller le retrouver pour se réconcilier avec lui. Mais Alvin n'a pas d'autre moyen de locomotion que sa tondeuse à gazon, et son frère habite à plus de 500 km de chez lui ! Qu'à cela ne tienne, il remet en état sa vieille machine, fabrique une remorque et s'embarque pour un voyage étonnant et périlleux.
Tout au long de son périple, il croise de nombreuses personnes (une adolescente enceinte qui fuit loin de ses parents, un rassemblement de cyclistes, un vétéran de la Seconde Guerre mondiale...), autant d'occasions de rencontres étonnantes et de réflexions sur la vie. Et puis, au bout du voyage, il retrouve son frère...
Le film peut surprendre dans la filmographie de David Lynch. Ce road movie contemplatif, qui prend son temps, avec la figure attachante de son personnage central, est un vrai bijou d'humanité. Le thème de la réconciliation y est au cœur (avec d'autres thèmes comme la vieillesse ou la famille). À cet égard, la fin du film, d'une sobriété étonnante, est absolument bouleversante.
Vincent Miéville
Une histoire vraie, un film américain de David Lynch sorti en France le 3 novembre 1999.

Philomena

En Irlande, dans les années 50, Philomena s'est retrouvée enceinte alors qu'elle était adolescente. Reniée par ses parents, elle est placée dans un couvent qui accueille les adolescentes dans la même situation qu'elle. Elle donne naissance à un fils qu'elle n'a le droit de voir qu'une heure par semaine. Jusqu'au jour où il lui est enlevé pour être adopté. C'est ce qui arrive à tous les enfants nés dans ce couvent. 50 ans plus tard, alors qu'elle a gardé tout cela secret, elle finit par le révéler à sa propre fille. Celle-ci contacte un journaliste pour qu'il aide sa mère à retrouver son fils perdu.
Judi Dench est extraordinaire dans le rôle de Philomena, incarnant à la perfection cette femme qui apparaît au début du film un peu simple, mais qui se révèle ensuite d'une force incroyable. Le film est, bien sûr, bouleversant et on est submergé par l'émotion. Mais on rit aussi grâce à des dialogues savoureux (Philomena racontant en détail ses lectures à l'eau de rose au journaliste qui l'accompagne !), assaisonnés de pointes d'humour so british.
Le film propose une formidable leçon de vie grâce à son personnage central qui, malgré ce qu'elle a vécu, a gardé une foi simple et forte, et fait preuve d'une sagesse étonnante. La fin du film (sans trop la dévoiler...) est extrêmement forte sur la question du pardon, dans l'opposition entre sœur Hildegarde qui ne regrette rien et justifie l'intolérable et Philomena qui trouve dans sa foi la force de pardonner même l'impardonnable !
Vincent Miéville
Philomena, un film britannique de Stephen Frears, sorti en France le 8 janvier 2014.


Une histoire vraie et Philomena : deux histoires vraies toutes simples, pour deux films forts, : magnifiquement maîtrisés et interprétés. Deux récits qui nous interpellent sur la place que nous laissons, dans notre vie, au pardon et à la réconciliation, et qui nous invitent à les vivre maintenant, avant qu'il ne soit trop tard...

Vous aimerez aussi

Le message de Noël n’en est pas très loin. Un soir d'hiver, une petite fille...
La fraternité ne se divise pas. Les 16 et 17 juillet 1942, le régime de Vichy,...
Plus la nuit est noire, mieux on voit les étoiles... Difficile de trouver pires...
Noël, un temps pour se réconcilier ? Dans le petit monde des réalisateurs...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...