Dieu dans la cuisine de Martin Luther King*

Extrait
Note : 40
( 1 vote )
On connaît l’homme public. Beaucoup moins sa vie intérieure. Écoutons Martin Luther King nous raconter l’expérience décisive qu’il a vécue.
Dieu dans la cuisine de Martin Luther King*
(Ci-contre, photo du "Martin Luther King, Jr. National Memorial" qui a été inauguré le 16 octobre 2011 par le président des États-Unis, Barack Obama.)

« Une nuit, je ne l'oublierai jamais, il était tard, aux environs de minuit… j'avais été retenu par le comité d'organisation. Quand je rentrais, ma femme était couchée et je tombais de fatigue dans mon lit, pensant prendre un peu de repos avant de reprendre le travail le lendemain. Et c'est alors que le téléphone sonna. Je pris l'appareil et j'entendis une horrible voix qui disait en substance : « Écoute sale nègre, on en a marre de toi et de ton merdier. Si dans trois jours, tu n'as pas quitté cette ville, on te fait sauter la cervelle et ta maison avec. » J'avais souvent entendu cela avant, mais je ne sais pourquoi, cette fois-ci ces paroles m'atteignirent. Je me retournai et j'essayai de dormir, mais en vain.

La religion et la philosophie ne suffisent pas

J'étais atterré, égaré. Je me levai pour aller à la cuisine me faire un peu de café, pensant que cela me calmerait un peu. Je me mis alors à réfléchir à beaucoup de choses. À la théologie et à la philosophie que je venais d'étudier à l'université, en essayant de trouver des raisons philosophiques et théologiques à l'existence et à la réalité du mal et du péché, mais la réponse ne vint pas tout-à-fait de ce côté-là (...).
Tu ne peux qu'en appeler à ce quelque chose, à cette personne dont ton père...
*Serge Molla, Les idées noires de Martin Luther King, Labor et Fides, 1992, p. 42-44.
Du même auteur à paraître fin mars : Martin Luther King, prophète, Genève, Labor et Fides, 2018.
**Martin Luther King, Je fais un rêve, Paris, Éditions Bayard, 1987, p. 234.


Vous aimerez aussi

Un bon départ à deux est capital. Mais parvenir ensemble à l’arrivée...
Massacres et génocides engendrent des blessures invisibles. Il faut les...
Les états de mort imminente sont-ils une fenêtre entr’ouverte sur une vie...
Marcher pour le plaisir en suivant un sentier balisé, c’est libérer son...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...