L’antisémitisme… une longue histoire

Extrait
Note : 40
( 1 vote )
L’antisémitisme ne devrait pas nous concerner uniquement par compassion ou par souci d’humanité : il menace le bien-être spirituel et matériel de chacun.
L’antisémitisme… une longue histoire

Dans l’antiquité

Le prix à payer pour avoir été précurseurs

La foi du peuple juif en un seul Dieu était en opposition au polythéisme des dieux romains. Du coup, la seule existence du peuple juif était un témoignage contreculturel. Les Romains voyaient les Juifs comme un facteur déstabilisant dans la société (1). Cela plante le décor pour l'attaque répétée : « Le problème dans le monde, c'est les Juifs. »
Au début du deuxième siècle de notre ère, l'Empereur Vespasien avait créé le Fiscus Judaicus, une « taxe juive » qui obligeait ceux-ci à payer un tribut supplémentaire pour entretenir le temple de Jupiter. À cause de cette taxe, les Juifs qui soutenaient l’existence du Dieu unique étaient ainsi obligés de financer et de maintenir un rite païen !

Au lieu de dire merci aux Juifs

Quant à Tacite (2e siècle apr. J.-C.) il se plaignait de la « sensibilité » des Juifs parce qu'ils considéraient abominable le meurtre d'un seul enfant, quelle qu'en soit la raison (2) !
Plus personne n’oserait écrire une chose pareille aujourd’hui. Ceci étant, cela a donné une raison supplémentaire de discriminer les Juifs.
Et que dire de l’accusation de « paresseux » qu’on a portée sur eux dans l'Égypte ancienne. Dans cette société qui valorisait l'esclavage et l'exploitation des classes inférieures en faveur de l'économie égyptienne, les Juifs étaient une menace parce qu'ils insistaient pour pouvoir observer le sabbat (3).
Il a fallu attendre le 20e siècle pour que le principe d’un jour de repos par semaine soit reconnu comme une avancée sociale. Nous le devons aux Juifs.

Dans l’ère chrétienne

La « diffamation du sang »

On a prétendu au Moyen Âge que les Juifs prenaient le sang d'un enfant non-juif et le mélangeaient à la farine utilisée pour faire leurs pains pour célébrer leur Pâque. Cette invention, utilisée pour...
Pour aller plus loin :
1. Ernest L. Abel, The Roots of Anti-Semitism (London, England: Associated University Presses, 1975), pp. 91-96.
2. Leon Poliakov, History of Anti-Semitism, (Paris, France : Calmann-Lévy, 1981), p. 21.
3. Jules Isaac, Genèse de l’anti-sémitisme, (Paris, France : Calmann-Lévy, 1956), p. 81. De façon similaire, Sénèque a dit que le sabbat était un gâchis équivalent à un septième d'une vie, p. 111.
4. Jean 10.17,18.



Vous aimerez aussi

Voici comment Jésus-Christ est né... Marie, sa mère, est promise en mariage...
Synonyme de bonheur pour les uns, d’enfer pour les autres, la famille laisse...
Parmi les milliers de sites utiles, en voici quelques-uns. Soyez curieux. Bonnes...
Il ya deux nudités du Christ, l’enfant né dans une crèche et l’homme de...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...