Martin Luther King et le racisme

Extrait
Note : 40
( 1 vote )
Prendre la mal à la racine.
Martin Luther King et le racisme
À l’époque de King, la couleur détermine l’identité de chacun aux États-Unis. Elle induit chez le Noir une haine de soi et chez le Blanc une survalorisation. Le Noir doit se réapproprier ce qu’il est pour pouvoir s’accepter véritablement, tant la couleur de sa peau que son nom.

Ironique pour mieux convaincre

« À bien y regarder, nous avons commis trois péchés, précise King avec humour, en 1956. Celui d’être nés noirs, celui de subir les coups de la ségrégation et de l’oppression, et celui d’avoir eu le courage moral de nous lever et d’exprimer notre lassitude de l’oppression. » Le pasteur révèle ainsi les ravages du racisme et de la ségrégation ; plus encore que le refus de l’altérité, sa négation.
Celui qui subit le racisme est donc conduit à retrouver son identité, plus qu’à la défendre. C’est dire que les comportements, les attitudes, régis par le racisme ne troublent pas ou ne déséquilibrent pas seulement la vie sociale, mais ils insinuent un mensonge au niveau des rapports humains.

Combattre les causes plutôt que les effets

King en vient progressivement à considérer le racisme comme un « fléau » qui manifeste concrètement le péché de l’être humain, c’est-à-dire le ratage de toutes ses propres tentatives dans l’établissement d’une échelle des valeurs. S’il qualifie de « péché » le racisme, c’est que...
Pour aller plus loin :
Serge Molla, Les idées noires de Martin Luther King et Martin Luther King, prophète, ouvrages publiés chez Labor et Fides.



Vous aimerez aussi

POUR VOIR LA PLANCHE EN GRAND CLIQUEZ ICI...
Témoignage et réflexions sur les aides proposées. Après le décès de mon...
Une histoire imaginée par Jésus. Elle pourrait être la vôtre. « Un homme a...
Jésus était juif. Pour certains, c’est une vérité bien assimilée ; pour...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...