La paix au sein de l’épreuve

Complet
Note : 40
( 1 vote )
Victime d’un AVC cet été, Claudine témoigne de la paix qu’elle a reçue.
La paix au sein de l’épreuve
Cet été, ma nièce et moi passions nos vacances dans un centre chrétien d’Agapé Village. Sujette à l’hypertension, j’avais été affectée quelques semaines auparavant par l’accident de la route de l’un de mes frères. À cela s’étaient ajoutés les préparatifs du départ en vacances, le voyage en voiture vers le Sud-Ouest, les fortes chaleurs… Une fois sur place, le manque de sommeil, mes activités variées et des préoccupations externes ont fini par m’épuiser.

Dieu me rassure

Un dimanche, à la fin du repas, j’ai ressenti une grande fatigue ; ma main et mon bras droit se sont paralysés. J’étais de plus en plus faible.
On m’a allongée en attendant les pompiers ; je ne pouvais plus parler distinctement. D’habitude, de nature inquiète, je savais que Dieu me protégeait. Un texte de la Bible s’est alors imposé à moi, tout comme à l’une de mes amies présente : « Je ne mourrai pas, je vivrai, pour raconter les actions du Seigneur. »
Le médecin des urgences était inquiet ; il a demandé l’avis d’un spécialiste de Bordeaux. À la vue de mon scanner, celui-ci lui a répondu : « Inopérable, intransportable, vous ne pouvez rien faire. » Ma nièce et des amies ont attendu des heures aux urgences, priant et prévenant famille et amis sur le lieu de vacances. Plus de 200 personnes ont ainsi prié pour moi.

Je reviens de loin

Le lendemain, dès mon réveil, la présence de Dieu remplissait la chambre et m’apportait pendant plusieurs jours une vraie joie ; mon état ne me préoccupait pas. Je me sentais aimée par le Seigneur et en sécurité.
À la surprise générale, je parlais distinctement et bougeais mon pied et ma main ! Ceux qui m’ont vue m’ont dit que je revenais de loin. Je ne peux que remercier Dieu pour ce miracle.
Quelques jours après, j’ai été transférée dans le service neurologique d’un hôpital proche où j’ai retrouvé des forces et la mobilité, donc l’autonomie.
Par la suite, j’ai été accueillie dans un centre neurologique de réadaptation. J’y suis restée un mois. Le neurologue et le personnel médical étaient étonnés car mes séquelles n’étaient pas aussi importantes qu’elles auraient pu l’être. Grâce à Dieu, mes progrès étaient rapides.

Un témoignage pour mon entourage

Je suis heureuse car, depuis cette épreuve, je peux largement partager l’Évangile et mon témoignage chrétien.
Aujourd’hui de retour à la maison, je poursuis la rééducation malgré les fortes douleurs neuropathiques. Il me reste à retrouver la sensibilité du côté droit et l’équilibre, ce qui ne m’empêche pas d’être en paix. Les comptes-rendus d’hospitalisation indiquent que j’ai fait un AVC ischémique, c’est-à-dire un caillot de sang dans une partie du cerveau, puis une hémorragie cérébrale. Le dernier scanner montre que la plaie au cerveau guérit bien.
Je suis infiniment reconnaissante au Seigneur qui a épargné ma vie. J’avais découvert son amour et son pardon en 1975 après lui avoir demandé pardon pour mes péchés. J’ai alors reçu sa joie et sa paix. Depuis lors, je vis pour être un témoin de l’Évangile pour mon prochain.

Pour aller plus loin
Psaumes 118.17



Vous aimerez aussi

C’est la curiosité qui m’a amenée à la rencontre de ma vie. J’ai...
Mon mari et moi étions commerçants dans un petit village. J’aimais...
Il y a des rencontres qui marquent la vie à tout jamais. Celle de Claire avec...
Qui est donc celui qui s’invite ainsi? Françoise nous le présente. Dernière...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...