La figure de l’enfant dans l’évangile de Matthieu : un parcours exégétique

Extrait
Note : 40
( 1 vote )
La figure de l’enfant dans l’évangile de Matthieu : un parcours exégétique

Plusieurs raisons peuvent justifier le choix que nous avons fait d’analyser la figure de l’enfant dans l’évangile de Matthieu. Certaines peuvent paraître secondes sinon secondaires. Pourquoi, par exemple, la plupart des traductions (TOB, NBS, Colombe, BFC, PDV) parlent-elles du « serviteur » du centurion païen (Mt 8,6), alors que Matthieu emploie le terme pais ? D’autres sont plus profondes et essentielles : pour Matthieu, la figure de l’enfant n’est pas qu’une simple image puisqu’elle est la condition même dans laquelle Dieu a choisi de se révéler dans la personne de « l’enfant » de Bethléem (cf. Mt 2 où le terme pais est utilisé à dix reprises pour désigner Jésus) (1) . Dans le présent travail, nous partirons des différents substantifs au moyen desquels Matthieu désigne l’enfant pour essayer de répondre à l’interrogation d’Elian Cuvillier : « Peut-on discerner, et si oui laquelle, une cohérence dans la construction narrative matthéenne de la figure de l’enfant, du début à la fin de son évangile ? » (2)

Une analyse du vocabulaire du premier évangile permet de constater que le mot pais est peu utilisé par Matthieu et que la notion d’enfant est rendue dans un champ lexical assez ample : paidion , technon , korazion , thugatêr , brephos , néaniskos , parthenos et huïos . S’agissant de ce dernier terme, sauf exception nous ne prendrons pas en compte ses nombreuses occurrences dans la mesure où, la plupart du temps, elles renvoient à des titres désignant Jésus (Fils de Dieu, fils de David, fils de l’homme) qui sortent du cadre plus modeste de notre analyse. Les péricopes qui ont retenu notre attention sont donc les suivantes : Mt 11,16-19 (les enfants sur la place) ; Mt 18,1-5 (le plus grand dans le Royaume) ; Mt 19,13-15 (Jésus accueille les enfants) ; Mt 21,15-16 (les enfants dans le Temple). Il nous a également semblé intéressant de prendre en considération les miracles dans lesquels les enfants tiennent une place qu’il conviendra d’ailleurs de déterminer : la guérison de la fille d’un notable et de la femme hémorroïsse (Mt 9,18-26), le centurion païen (Mt 8,5-13) et la femme cananéenne (Mt 15,21-28). Nous terminerons notre analyse par les chapitres 1 et 2, afin de confronter les conclusions de l’étude précise du corpus matthéen au récit de l’enfance dans lequel le terme de pais est réservé à Jésus.

Avant de commencer notre enquête proprement dite, rappelons que l’enfant n’a pas la même place dans le monde gréco-romain que dans le monde juif de l’époque de Jésus ni, évidemment, dans notre civilisation occidentale contemporaine. Pour clarifier ces différentes visions de l’enfant, nous renvoyons aux quatre ouvrages que nous avons consultés sur le sujet (3)  ; nous analyserons cependant les textes sélectionnés sans nous laisser guider par telle ou telle interprétation proposée par ces travaux.
...

1. Cf. vv. 8, 9, 11, 13 (deux fois), 14, 19, 20 (deux fois), 21.

2. Elian Cuvillier, Naissance et enfance d’un Dieu. Jésus-Christ dans l’évangile de Matthieu , Paris, Bayard, 2005, p. 99.

3. Marcia J. Bunge, The Child in the Bible , Cambridge, Eerdemans Publishing, 2008 ; Simon Légasse , Jésus et l’enfant. « Enfants », « petits » et « simples » dans la tradition synoptique , coll. « Etudes Bibliques », Paris, Gabalda, 1969 ; Hans-Ruedi Weber, Jésus et les enfants , coll. « Foi chrétienne », Paris, Le Centurion, 1980 ; Cornelia B. Horn , Children in Late Ancient Christianity , Tübingen, Mohr Siebeck, 2009.

Vous aimerez aussi

Joël Reymond : «  Reconnectés à nos racines juives - perspectives...
Introduction Certains pensent parfois que l’Église primitive était pure,...
Une fois encore, la violence aveugle, les tirs de missiles en rafales et les...
La Réforme représente un changement radical et essentiel dans la relation du...

Commentaires

Ajouter un commentaire

OK
Chargement en cours ...