En qui avoir confiance ?

Les temps sont durs pour ceux qui aiment leur pays !


Image (En qui avoir confiance ?) Les scandales de corruption, d’emplois fictifs, de malversations, de fraudes, de mensonges, de dissimulations, de paradis fiscaux, de blanchiments… et j’en passe, se suivent sans discontinuer depuis longtemps. Ils ont du reste une fâcheuse tendance à se multiplier au fur et à mesure que les échéances électorales approchent.
Ceux qu’on croyait jusqu’ici au-dessus de tout soupçon se trouvent eux aussi pris au piège. On en arrive à se demander ...

A qui le prochain tour ?

Nous avons certainement raison d’être scandalisés quand la corruption touche des hommes d’affaires, des sportifs, des vedettes… ou autres personnages publics. Cela devient par contre franchement impossible à apprécier quand ce sont ceux qui sont chargés de faire les lois et de les appliquer, voire de conduire notre pays, qui se révèlent voleurs, menteurs, dissimulateurs.
On en finirait presque par conclure qu’il n’y a que ceux qui n’ont pas encore eu de vrai pouvoir entre les mains qui ne sont pas éclaboussés par des scandales.
Ceci reviendrait du coup à dire que s’ils arrivent eux aussi au pouvoir, il ne faudra peut-être pas longtemps pour qu’ils tombent à leur tour dans les mêmes pièges qu’ils dénoncent aujourd’hui.

L’humanité a-t-elle évolué depuis que l’homme est homme ?

Il me semble en tout cas que le constat du prophète Jérémie reste malheureusement de trop grande actualité.

« Celui qui devient riche de façon malhonnête ressemble à une poule qui a couvé des œufs qu’elle n’a pas pondus » et encore : « Le cœur humain est plus trompeur que tout ! Personne ne peut le guérir, personne ne peut le comprendre ».

Mettre sa confiance dans les hommes équivaudra toujours à prendre appui sur un roseau.

Heureusement ! 

S’il n’est objectivement pas possible de faire confiance à un homme, quel qu’il soit, Jérémie déclarait aussi : « Celui qui met sa confiance en moi et qui s’appuie sur moi, moi, le SEIGNEUR, je le bénis. Il ressemble à un arbre planté au bord de l’eau, qui étend ses racines vers une rivière. Quand la chaleur arrive, il n’a peur de rien, ses feuilles restent toujours vertes. Même une année de sécheresse ne l’inquiète pas, il porte toujours des fruits ».

Cela reste et restera vrai, y compris dans 1.000 ans... si l’humanité existe encore.

Chargement en cours ...